BIOGRAPHIE

Philippe Visson (New York 1942 - Montreux 2008) est un peintre dont les oeuvres s'inscrivent dans les mouve-ments Expressionnisme abstrait, Nouveaux Fauves et Art Brut. Il vécut des deux côtés de l'Atlantique et fut ou est encore exposé à Paris, Lausanne, Zurich, en Argovie, à Monte-Carlo, Genève et aux USA. Une vie mouvementée: peintre dès 16 ans, vivant une période anorexique puis alcoolique, vendant ensuite de nombreux tableaux pour faire vivre sa famille.

Philippe Visson, est fils de parents russes (Isidore Akivisson et Assia Rubinstein). Né dans un milieu propice à l'art et à la haute diplomatie (ses parents fréquentaient les milieux politiques, diplomatiques et sociaux, changeant pour des motifs relatifs à la situation européenne leur nom d'Akivisson en «Visson»), le peintre vécut dans cet environnement durant sa vie entière, entretint de nombreuses relations inofficielles avec des chefs d'Etat des deux côtés de l'Atlantique. Les signatures qui figurent sur son livre d’or de jeunesse en témoignent.

À quinze ans, Visson tombe amoureux d'une diplomate, devient anorexique et commence à peindre quand l’épouse de l’éditeur de Winston Churchill lui donne une boite de peinture, en lui disant: « Tu as du talent. Peut-être est-ce pour la peinture ? ».

  Visson expose à Paris à seize ans, reconnu par Michel Thévoz, directeur du Musée de l'Art Brut, par l'historien d'art René Berger, tout comme Marcel Brion, de l'Académie française. 

Ses œuvres furent ou sont encore présentes notamment au Musée des Beaux-Arts de Lausanne, à l'Argauer Kunsthaus, au Cabinet des Estampes à Vevey, au Kunsthaus de Zurich, (CH), à Kassel (D), à la Galerie Craven à Paris (F) et à New York (Gallery Milch), à la Brigham Young University Museum of Art, à la Georgetown University Library (USA), ainsi qu'à Monte-Carlo (Galerie Rauch).

Mais Visson est marqué par la collaboration de certains marchands d’art avec les Nazis. Il arrête d'exposer mais continue à produire intensément, se partageant entre les deux côtés de l'Atlantique. Il devient alcoolique dépendant à dix-sept ans, dépendance dont il pourra se sevrer. Il continue avec ses parents une existence difficile finan-cièrement, entre Washington D.C., la Suisse et le reste de l’Europe.

En 1963, après une vie de mondanités à Washington, New York, Londres et Paris, Visson suit son père dans sa retraite et vit en Suisse, à Épalinges. Il recommence à exposer, notamment à la Galerie George Mosse et la Galerie Motte à Genève. 

C’est en 1979, après un long séjour aux États-Unis où il rencontre Ellen, sa future épouse, qu'il revient en Suisse. Il se remet à peindre et à exposer, notamment au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne sous la direction de René Berger et dans une exposition personnelle à l'Aargauer Kunsthaus sous la direction d’Heiny Widmer.

Après la mort de sa mère, Visson emménage en Suisse, aux Paccots puis à Montreux avec son épouse. Il continue à peindre dans son atelier installé au Montreux-Palace et à exposer pour permettre à sa famille de survivre grâce à son art.

Philippe Visson meurt en juillet 2008 d’un cancer provoqué par les émanations chimiques de la peinture.